Dans la mêlée automodébile

Publié le par Pierre Thiesset

IMG_3599-copie-1.JPG

 

« L'Etoile sans autos, et Paris est plus beau ! » ; « Eteignez vos moteurs, respirez le bonheur ! » ; « Une seule so-lu-tion, la vélo-rution ! » ; « Bientôt plus de pétrole, préparez vos guiboles ! »

 

Le 22 septembre, à l'occasion de la journée mondiale sans voiture, quelques dizaines de cyclistes ont défié la foule motorisée au coeur du plus gros rond-point de France : l'Etoile. Là où débouche une douzaine d'avenues qui, chaque jour, aux mêmes heures, charrient un flot continu de chars bruyants puants polluants.

 

Les mutants sur quatre roues n'apprécient pas la présence d'étrangers sur leurs pavés. Des bicyclettes joyeuses qui tournent autour de leur arc de triomphe, ça ne peut que les excéder. Dans la masse d'employés conformes de retour d'une journée de labeur, le stress est palpable. Des abrutis essaient de se frayer un chemin, serrent, tentent de faufiler leur gros cul, d'imposer leur pare-chocs et autres pare-buffle. Ils ne veulent pas perdre deux secondes pour se vautrer au plus vite devant l'écran décérébrant. Avant d'aller se coucher.

 

TUUUTTTT ! Prends-toi ça dans les tympans. Un cadre en Porsche Carrera avec son gros aileron à l'arrière fait vroum vroum. Comme quelques neuneus en grosse cylindrée. Z'avez vu, j'ai un gros moteur, z'entendez les décibels que ça crache ? Alors laissez-moi passer, je suis le plus fort.

 

Des touristes rigolent devant la présence incongrue des vélorutionnaires et sortent les appareils photo. Les policiers municipaux s'interrogent, perplexes. « Qu'est-ce qui se passe ? » Au loin, les gros zobs d'acier, de béton et de verre de la Défense sont enveloppés dans un nuage de grisaille, particules fines, poussières en suspension.

 

Les pédaleurs repartis, la circulation est encore plus dense. Y a des bagnoles dans tous les sens, embouteillées, ça slalome, ça klaxonne, ça s'arrache les cheveux, ça gueule, seuls derrière leurs vitres. Et ils recommenceront demain. Et après-demain...

 

IMG_3597.JPG

Commenter cet article