Echos d'Orient

Publié le par Pierre Thiesset

IMG_1561.JPG
En vingt-et-un mois, les cousins Xavier et Isabelle Vayron ont parcouru 60.000 kilomètres, dont un tiers à vélo. Ils sont passés par le sud de l'Europe, le nord de l'Afrique, le Proche et le Moyen Orient, le Pakistan, l'Inde, la Mongolie, la Chine, le Vietnam, le Cambodge, la Thaïlande, la Malaisie, le Brésil... Tout au long de la route, au hasard des rencontres, ils ont enregistré des sons, des chants, des musiques locales. Pas la daube formatée, estampillée « musiques du monde », pour touristes blasés en mal d'exotisme. La vraie musique traditionnelle, celle qui vient des tripes, qui se transmet et évolue de générations en générations.

 

Les deux cyclistes « arrivaient mains nues, à la seule force des mollets, un microphone et un appareil photo pour seules armes et leur curiosité comme seul viatique. C'est le dénuement et la sincérité de leur approche qui leur ont ouvert les portes ». Outre des photos somptueuses et le récit de cette superbe aventure, leur livre, Echos d'Orient, est accompagné de deux disques. Plus de cent extraits musicaux, parfaitement enregistrés malgré des moyens techniques limités, nous font voyager à travers le monde. Ils exaltent nos sens, nous emmènent à la découverte d'instruments traditionnels, du fado populaire, nous font découvrir des chants religieux, des transes au son des percussions, le son cristallin de l'oud, des voix rocailleuses, nous transportent en plein désert en compagnie des touaregs, nous invitent au coeur de fêtes, dans l'intimité d'une complainte, aux côtés d'un berger solitaire flûtiste en Iran, de muezzins qui appellent à la prière, de gitans, de nomades mongols, nous font découvrir le xylophone khmer, le lusheng chinois, des langues tribales... Autant de vibrations uniques, envoûtantes, sublimes. Les artistes enregistrés se donnent à fond. Désintéressés, simplement passionnés.

 

« Le voyage, ce sont surtout des rencontres inestimables », des moments de grâce. « Nous avions choisi la musique pour nous immerger dans la culture des pays que souhaitions traverser. De fait, elle nous a permis de côtoyer toutes les classes de population et de nous imprégner de leur vie quotidienne, religieuse et festive. L'incroyable diversité des mélodies nous stimulait, nous galvanisait. Les interprètes se montraient heureux de partager leur passion et, avec eux, nous avons pu découvrir beaucoup plus que nous n'aurions pu le rêver. Nous avons connu la richesse des chants du désert, l'intensité des musiques des transes soufies, les vibrations du sitar, l'étrangeté du chant diphonique mongol et les percussions des tribus malaises, autant d'exemples de la créativité humaine. »

 

Xavier et Isabelle Vayron, Echos d'Orient, visions de glaneurs de musiques, Transboréal, 2001. Site de l''éditeur : http://www.transboreal.fr. Sites des auteurs : http://www.paris-pekin.org/

Commenter cet article