Le bonheur au bout du guidon

Publié le par Pierre Thiesset

IMG_3907.JPGSa start-up florissante lui offrait une promotion accompagnée d'une hausse de salaire. Christophe Cousin n'en a cure : « C'est décidé, demain je donne ma démission et je pars pour réaliser ce rêve ancré depuis toujours : découvrir le monde, tirer les enseignements d'une vie simple, poser les premières pierres d'un nouvel engagement, retrouver en voyage mes racines. Je pars pour un retour : celui à l'essentiel. » Avide de découverte, de rencontres et de liberté, il saisit son guidon et s'enfuit de la société aliénante travail-consommation-pavillon-télé.

 

En épicurien lecteur de Nietzsche, Baudelaire et Rimbaud, ce fils de paysans du Loiret part « chercher le bonheur » sur les routes du monde. « Profiter de la vie avant qu'elle ne vous échappe. » Carpe diem.

 

Il sillonne la Terre pendant 833 jours, traverse 27 pays et parcourt 30.000 kilomètres, en Europe, en Afrique, en Asie et en Amérique du sud. Le promeneur solitaire vit une aventure grandiose, ponctuée de moments forts, intenses, dont un séjour dans une prison syrienne où résonnent des cris d'hommes torturés...

 

« Dans la poussière du chemin je me suis forgé, au gré des belles rencontres j'ai appris à aimer, à découvrir au travers des autres le bonheur, sous l'adversité j'ai appris à survivre, et dans les ciels étoilés j'ai trouvé la quiétude. » Ce récit à l'écriture léchée est un hymne au pédalage contemplatif.

 

Christophe Cousin, Le bonheur au bout du guidon, Arthaud, 2005. Le site de l'auteur : http://www.christophe-cousin.com.

Commenter cet article