Les publicitaires nous prennent pour des cons, et ils ont bien raison

Publié le par Pierre Thiesset

« Vous l'achetez. Mais c'est elle qui vous possède ».... Tel est l'un des slogans de Peugeot pour sa nouvelle bagnole, nommée « RCZ ». Cette dernière trouvaille de publicitaires vient s’afficher sur d’immenses panneaux quatre mètres par trois, destinés à capter le regard d’automobilistes handicapés sensitifs. Pendant ce temps, une pub tourne en boucle sur les abrutissoirs de téloches. Elle se termine par : « Nouvelle  Peugeot RCZ. Elle vous choisit, elle vous possède. »

 

Ce « coupé sportif radicalement à part », « sculpturale et novatrice », « subtilement élitiste », « sportive et contemporaine », marque « une nouvelle ère dans l’histoire des véhicules dédiés au plaisir automobile » (*). Rassurez vous, vous pourrez jouir d’un « plaisir de conduite » et de la « performance » tout en étant enveloppé dans un « sentiment de sérénité » et, surtout, « responsable ». Car, bonnes gens, vous aurez un moteur « de haute technologie, qui allie maîtrise technique et meilleur respect de l’environnement », « dans le respect de la norme de dépollution euro 5 ».

 

Cette pauvre bagnole se prétend œuvre d’art alors qu’elle n’est que la pâle copie de l’Audi TT, tas de ferraille sorti dès la fin des années 90. Mais passons. « Vous avez une femme sublime, des enfants magnifiques, une superbe maison ? Faites encore un effort. » Achetez la nouvelle Peugeot. Là enfin, vous aurez la parfaite panoplie du petit bourgeois d’arriviste machiste et tête à claques.

 

Laissez-vous posséder, petits dévots. Dans un modèle agressif, aux phares sourcils froncés et aux lignes aérodynamiques, vous ne pourrez plus contrôler vos bas instincts de compétition. Foncez. Au feu rouge, soyez prêts à bouffer vos concurrents. Vroum vroum, le gourou commande vos gestes. Une force surnaturelle change votre comportement dès que vous prenez le volant. Vous devenez autre. Possédé !

 

Mais pour être véritablement admis dans la secte, vous êtes priés de vous endetter jusqu’au cou. Trente mille euros, à crédit. Vous paierez chaque mois, pendant des années. Vous serez enchaînés à la pompe à essence, prisonnier de ses fluctuations. Dé-pensez, bandes de possédés.

 

Perdez toute autonomie, soyez totalement soumis, sous l’emprise irrésistible d’une bête machine. Le message est flippant ? Pour un individu normalement constitué qui tient à garder quelques parcelles de liberté, oui. Mais les publicitaires n’ont rien à craindre : les fanatiques accourent déjà. Oui, oui, nous voulons être possédés ! "Les hommes passent la moitié de leur temps à se forger des chaînes, et l'autre moitié à se plaindre d'avoir à les porter", disait Mirabeau.

 

(*) Citations extraites du site Internet de Peugeot : http://www.peugeot.fr (consulté le 25 avril 2010)

 

 

 

Publié dans Articles anti-bagnoles

Commenter cet article

bib.ourouer 19/06/2010 10:28


Et t'en offrirais pas un à ta bibliothèque chérie?
Que je mettrais fièrement dans nos rayons?
Avec une dédicace?